Nouveaux développements à propos du bureau de poste de St-Joseph

Publié le : 21 juillet 2010

( St-François, 21 juillet 2010 ; 13 h 19 ) Le député de Madawaska-Restigouche, Jean-Claude D’Amours, a obtenu cette semaine des nouveaux renseignements concernant l’avenir du bureau de poste de Saint-Joseph.

Le 14 juillet dernier, le député a tenu une conférence de presse afin de presser Postes Canada à ouvrir un appel de proposition permettant aux citoyens de manifester leur intérêt pour l’acquisition du nouveau bureau de poste de Saint-Joseph. Cet appel de proposition permettrait d’assurer que le bureau de poste demeure ouvert. Quelques jours seulement après la conférence de presse, Postes Canada a annoncé que l’appel de proposition serait ouvert à l’interne au cours des deux prochaines semaines.
 

« Je suis heureux de voir que nos démarches ont été utiles », indique Jean-Claude D’Amours. « Postes Canada s’est finalement décidé à aller de l’avant dans ce dossier afin d’offrir aux gens de Saint-Joseph le meilleur service possible ».
 
Cependant, le député se dit déçu de constater qu’il ait fallu faire tant pour obtenir l’attention de Postes Canada. « Postes Canada aurait dû reconnaître le besoin des gens de Saint-Joseph et immédiatement ouvrir un appel de proposition », ajoute-t-il. « Il est décevant de voir que leurs actions ont seulement été prises en réaction à nos démarches. Si nous n’avions pas agi, les gens de Saint-Joseph ne sauraient toujours pas ce qu’il adviendrait de leur bureau de poste ».
 
Par ailleurs, Jean-Claude D’Amours craint que les paroles des représentants de Postes Canada soient bien peu. « J’ai été heureux d’apprendre que l’appel de proposition serait bientôt ouvert mais je suis conscient qu’à ce jour, le processus n’a pas encore été enclenché », de dire le député. « J’ose espérer que les délais seront réellement respectés afin que les citoyens de Saint-Joseph continuent d’avoir droit à un service postal de qualité. Chose certaine, je continue de surveiller ce dossier de très près », de conclure le député.