Le gouvernement provincial propose de prendre en charge le Centre naval du Nouveau-Brunswick

Publié le : 16 avril 2016

(BAS-CARAQUET, 16 AVRIL 2016; 13H33) Le gouvernement provincial est disposé à assumer la possession et la gestion du Centre naval du Nouveau-Brunswick, situé à Bas-Caraquet Le ministre de la Santé, Victor Boudreau, qui est également ministre responsable de la Société de développement régional, en a fait l’annonce, aujourd’hui, à la suite d’une rencontre avec des représentants locaux.

Le maire Agnès Doiron se disait « satisfaite que le village obtienne une réponse favorable à ses demandes en ce sens». Madame Doiron recevait cette réponse au moment opportun alors que la belle saison débute et que la construction navale pourra se développer plus sereinement dans les prochaines semaines. Le maire de Caraquet aussi était radieux de cette annone. Kevin J. Haché espérait aussi une réponse favorable aux démarches entreprises pour assurer la survie du Centre de construction navale.

« Les emplois sont notre priorité principale, et la création de possibilités de travail pour les gens du Nouveau-Brunswick est importante, a dit M. Boudreau. Cet important projet d’infrastructure a encore du mérite, et le gouvernement provincial est disposé à prendre en charge le Centre naval du Nouveau-Brunswick pour en assurer l’achèvement. »

La proposition, qui est une approche en deux étapes, est assujettie à un certain nombre de conditions, dont les suivantes :

  • Le gouvernement provincial prend possession du chantier grâce à l’acquisition de tous les actifs des compagnies, y compris les biens réels, les biens personnels comme les véhicules, le matériel et l’équipement, les contrats de matériaux et d’autres actifs ayant un rôle intégral dans le projet d’infrastructure, pour la somme nominale de un dollar.

  • Le gouvernement reconnaît que les biens réels sont grevés par d’importants privilèges, réclamations et autres obligations. L’intention du gouvernement serait de régler ces réclamations fondées et valides dans le cadre du processus d’acquisition.

  • Le gouvernement embauche des gestionnaires professionnels du chantier et du projet en recourant à un expert du secteur privé.

  • Les municipalités de Bas-Caraquet et de Caraquet continuent d’honorer leur engagement et elles financeront les opérations du centre pour un montant de 80 000 $ chacune pour les 10 prochaines années.

La première phase consiste à prendre possession du centre et d’achever le projet d’infrastructure initial de 10 millions de dollars pour assurer sa survie. La deuxième phase du projet qui sera prise en considération par le gouvernement consiste à rénover et réparer le quai, la rampe d’accès et le portique de transbordement ainsi qu’à achever la cale sèche. Le montant de la deuxième phase est estimé à 28 millions de dollars. Le gouvernement provincial cherchera à établir un partenariat avec le gouvernement fédéral pour réaliser la deuxième phase.

« Grâce au Fonds de développement économique et d’innovation pour le nord du Nouveau-Brunswick, le gouvernement provincial est disposée à investir davantage pour achever le projet, moyennant que toutes les conditions présentées au conseil d’administration du central naval soient respectées et que le gouvernement fédéral fournisse un soutien financier », a affirmé M. Boudreau.

(photos : Roger Chiasson )


On reconnait le député fédéral d'Acadie-Bathurst, Serge Cormier, le député de Caraquet
Hédard Albert, le ministre du développement régional Victor Boudreau,
le ministre Denis Landry et le député de Shippagan-Lamèque-Miscou Wilfred Roussel.

Agnès Doiron, maire de Bas-Caraquet pouvait dire « Mission accomplie »
puisque ses demandes ont été entendues à Fredericton.


Kevin J. Haché, maire de Caraquet
démontrait beaucoup de satisfaction par cette annonce.



Le ministre Victor Boudreau s'exprimait au nom de ses collègues
du cabinet Hédard Albert et Denis Landry.



Le conseiller municipal de Bas-caraquet, Jean-Marie Gionet
rencontrait le député Hédard Albert et le ministre Denis Landry.



Le ministre Victor Boudreau répondait aux questions des journalistes
en présence des députés Hédard Albert et Serge Cormier.