L'information aujourd'hui

Publié le : 10 novembre 2016

(10 novembre 2016)

Si nos ancêtres s’informaient par les

livres, puis par les journaux et nos

grands-parents ont vu la radio, le cinéma

muet et parlant et le téléphone arriver

dans leur vie, nos parents, eux, voyaient

le cinéma en couleur, la télévision en noir

et blanc puis en couleur, et le grand luxe

des radios portatives (à batteries) au

tournant du siècle dernier.

Nous avons connu les cinécaméras en

super 8, les walkmans, puis les ordina-

teurs et les téléphones portables, dit

cellulaires.

De moins en moins, on achète de jour-

naux depuis cinquante ans. Les journaux

sont devenus gratuits tellement per-

sonne ne voulait payer pour les recevoir.

La publicité les faisait vivre et permettait

cette diffusion de l’information.

Dans les trente dernières années, l’in-

formatique démocratisait la diffusion de

l’information. La télévision d’État comme

Radio-Canada s’adaptait et multipliait les

plateformes pour diffuser son contenu.

Les journaux, aussi, s’adaptaient pour dif-

fuser l’information tout comme les radios

de ce monde.

Voilà qu’aujourd’hui, tout le monde a

son téléphone intelligent qui lui donne

l’heure, la météo, son chemin (GPS) des

conseils de santé, d’alimentation, des

trucs de dépannage, des idées de déco-

ration, la manière d’élever ses enfants et

j’en passe. C’est l’ère de la société de l'in-

formation où les technologies de l'infor-

mation et de la communication sont

intimement liées et où tout le monde

contribue à diffuser les images d’un ac-

cident, d’un incendie, une naissance ou

la belle fête de la petite dernière.

On n’a plus besoin de journaux, on en

n’achète plus. Les jeunes n’ont plus le

réflexe de regarder la télévision... ils ont

Netflix et les autres médias pour choisir.

Voilà le mot. Choisir. C’est maintenant

le genre d’information qu’on voudra

avoir. Celles qu’on choisit pour savoir ce

qu’on veut savoir... encore chanceux

que votre municipalité vous abonne à

votre Écho, hein? C’est toujours gratuit et

c’est ultra local.