Si on se disait les vraies affaires?

Publié le : 24 juin 2017

(24 juin 2017)  Tu sais que je suis toujours franc avec
toi? Je n’écris pas cette chronique pour
te dire comment penser mais pour jaser
avec toi. Échanger des idées.

Je ne parle pas au nom de la municipalité,
ni du maire, ni du conseil. C’est un
simple dialogue entre gens intelligents
qui ont des opinions.

Je suis commerçant à Bas-Caraquet
depuis 20 ans et toujours heureux de l’être.
J’y ai résidé très longtemps. Je vis à Caraquet
depuis quelques années. Je suis un
Caraquetois, maintenant; oui, oui, tout en
étant québécois d’origine, je ne peux l’oublier,
tu me le rappelles tout le temps.

Récemment, le maire de Caraquet faisait
une sortie qui ressemblait plus à une
pelure de banane qu’à un coup de génie.
En fait, je ne suis pas certain que c’était
une erreur si grave de sa part. Entre deux
maux on choisi le moindre. Je pense qu’il
y a une volonté au conseil de ville de faire
sauter des têtes au conseil… et ce serait
la raison interne choisie pour vendre l’affaire.
Comment dire à quelqu’un qu’il est
de trop sinon en trouvant une vertu à
l’affaire?

Alors, c’est quand un journaliste a demandé
pourquoi réduire le conseil que
le maire à choisi de garder la même raison.
Je n’y crois pas. Il ne pouvait dire
qu’on s’apprêtait à faire le ménage dans
la boîte.

Si on garde en tête que la ville a toujours
voulu un Grand Caraquet… elle n’a
jamais abandonné cette idée. Avec 6
conseillers au lieu de 8… ça resterait une
très grosse représentation dans un conseil
allongé où il faudrait bien un conseiller
par village (5 ou 6) et des
conseillers pour les DSL. Méchante
grosse machine...dispendieuse! On n’a
qu’à regarder Tracadie… comme ça
marche bien.(sic)

Y a aussi qu’à Bas-Caraquet, avec un
taux de taxe à 1,4495 $, un village sans
dette (eau 170 $ et égout à 2,50$ pi-li) et
dans la Ville le taux de taxe à 1,5017 $
(eau-égout 600 $)… personne ne
souhaite se regrouper pour payer les
dettes de l’autre. C’est aussi ton opinion
que j’entends souvent.