Tricoter, broder, crocheter pour « Passer au suivant »

Publié le : 4 mai 2010

(Lamèque, 27 février 2010)   Elles se réunissent régulièrement tous les jeudis après-midi pour tricoter, broder ou crocheter, c’est selon le bon vouloir de chacune et les humeurs du moment.

Depuis l’automne dernier, un groupe de femmes se réunit à la bibliothèque de Lamèque pour le plaisir d’être ensemble et de faire quelque chose ensemble. C’est à l’invitation de la bibliothécaire, Jeanne-Mance Noël, que le groupe s’est formé.
 
 
 
L’idée du groupe lui est venue du fait que beaucoup de traditions se perdent et elle voulait que ces femmes échangent sur leurs techniques, leurs trucs et les petits secrets du métier. En réunissant des jeunes et des moins jeunes, l’expérience peut se transmettre. Si bien que parfois on retrouve la grand-mère et la petite-fille en train de tricoter l’une à côté de l’autre.
Chacune fait ce qui lui plaît. Il n’y a pas de thème imposé. C’est de la création à l’état pur où chaque tricoteuse ou crocheteuse peut se laisser aller à son imagination et ses capacités techniques.

Comme c’est gratuit, chacune paie sa laine ou son fil et rapporte chez elle sa production. Le nom de « Passer au suivant» vient du fait, qu’ensemble, elles peuvent se passer des trucs, des objets et du bonheur. La joie de vivre règne en maître dans le local quand le groupe est réuni.

Il y a un projet pour le printemps... celui d’exposer les travaux de ces dames. On cherche encore une date et surtout à récupérer le plus grand nombre de pièces puisque plusieurs dames ont déjà donné le fruit de leur travail. Une tuque à un, un foulard à l’autre... il n’est pas facile ensuite de ramener ces objets à l’exposition.

Jeudi, 13 h 30, pour quelques heures... parfois jusqu’à 16 h 30 parce que lorsqu’on a du plaisir et il n’est pas nécessaire de l’interrompre. Les participantes peuvent rester le temps qu’elles veulent. C’est souvent d’où elles viennent qui détermine leur heure de départ puisque certaines viennent de la ville de Lamèque mais d’autres d’un peu partout dans l’île et même de Miscou.

( extrait de l’Écho de Lamèque, février 2010 )