Un départ douloureux… de Lamèque

Publié le : 26 septembre 2008



Disons que ces temps-ci, il serait plutôt difficile d’identifier l’émotion habitant les participants de Katimavik.  

Le grand départ est fixé pour le 28 juin et tous sont ravis du retour imminent chez eux; de revoir famille et amis qui sera, sans aucun doute, une joie. D’un autre côté, une certaine tristesse, bien que souvent dissimulée dans le tourbillon de la fin, n’est pas négligeable. Le 28 juin n’est pas seulement le jour où chacun rentre au bercail, mais aussi celui de la dissolution d’une famille, qui, depuis déjà neuf mois, évolue au son d’un rythme effréné.

Il n’a pas fait toujours soleil sous le toit de la maison Katimavik, mais peu importe, ce sont les moments de plénitude qui resteront gravés en chacun.  De plus, nous allons quitter plusieurs gens riches en valeurs, dont il nous a été donné la chance de côtoyer pendant notre séjour à Lamèque. Ces gens dont je fais la mention ici, sont les familles d’hébergement, les partenaires de travail et les amis de la communauté, qui ont, à la manière de chacun, su faire grandir chaque participant. C’est avec une immense joie que je dis merci, au nom de tous les participants de Katimavik, à chacun d’entre vous, qui d’une façon ou d’une autre, ont croisé notre chemin.   

(extrait de l'Écho de Lamèque)